SERVICES CLIENTS

Le pétoncle 

 

petoncle_gr

 

  • Le terme « pétoncle », qui est apparu dans la langue en 1552, vient du latin Pectonculus, diminutif de pecten, nom latin des lamellibranches que l’on appelle également « peignes » ou « pectens ». En font partie : la coquille Saint-Jacques, le pétoncle d’Islande, le pétoncle géant, le petit pétoncle de baie et les autres mollusques qui leur sont apparentés.
  • Dans l’industrie, « pétoncle » désigne plus spécifiquement le muscle dont se sert le mollusque pour se déplacer et fuir le danger. En cuisine, ce muscle porte le nom de « noix ».
  • Le muscle est parfois accompagné de « corail », terme qui désigne les gonades comestibles du mollusque.
  • En France, l’expression « coquille Saint-Jacques » fait référence à deux espèces qu’on ne trouve pas en Amérique. Au Québec, elle est employée en restauration pour désigner les pétoncles en sauce, gratinés et servis dans une coquille à la façon des Saint-Jacques.

Pourquoi mettre les pétoncles au menu?

  1. Ils exigent peu de préparation et se cuisinent en quelques minutes.
  2. Ils sont faibles en gras saturés et ils contiennent des acides gras oméga-3, qui contribuent à la prévention des maladies cardiovasculaires.
  3. Comme plusieurs fruits de mer, le pétoncle est particulièrement riche en minéraux indispensables à l’organisme.
  4. Le contenu élevé en protéines et faible en matières grasses de ce mollusque bivalve lui confère un aspect nutritionnel intéressant.
  5. Le pétoncle est une excellente source de phosphore.
  6. Le pétoncle est une excellente source de vitamine B12, une portion de 100 g comblant plus de 60 % des apports quotidiens recommandés.

Comments are closed.